Make our recherche great again

Depuis que j’ai pris position de manière assez critique au sujet de Make Our Planet Great Again (MOPGA) dans Science, j’ai reçu de nombreuses sollicitations de la presse, et témoigné à ce sujet à plusieurs reprises (ici ici ici et ailleurs).  Le dispositif vise à inviter quelques dizaines de chercheur.e.s (essentiellement étrangers) afin qu’ils poursuivent en France des travaux de recherche en lien avec le climat. Des budgets de l’ordre de 800 000 à 1,5 million d’euros, sont attribués à chaque scientifique, pour payer leurs salaires et ceux de leurs employés, pendant une durée de quelques (4-5) années. Le 12 décembre, à l’occasion du One Planet Summit organisé par E. Macron, les premiers lauréats du programme MOPGA ont été annoncés. D’importants dispositifs de communication ont été mis en place à cette occasion. En prévision et suite à cette annonce,  j’ai reçu de nouvelles sollicitations de la presse. Voici ce que j’ai à dire :

On parle beaucoup beaucoup de MOPGA, qui est pour grande partie une opération de communication politique bien sentie, lancée au départ en réponse à la sortie des USA des accords de Paris. En tant que chercheur, je n’ai pas d’avis pertinent à donner concernant cette opération de communication (je ne suis pas spécialiste de géopolitique internationale).  Je n’ai pas d’avis non plus à donner sur la pertinence du programme scientifique associé (notamment car je ne suis pas spécialiste du climat). Je regrette que l’on parle peu de nombreux autres sujets importants qui touchent la recherche en France (liste non exhaustive) :

Personnellement je continue de poursuivre le même objectif :

makeagainr-001.jpeg

PS : Je profite de ce billet pour rappeler que la recherche n’a pas attendu MOPGA pour être un espace d’échanges international, et que des milliers de chercheurs permanents étrangers travaillent au CNRS et dans les universités en France. La proportion d’étrangers ne fait qu’y augmenter. C’est une excellente chose. La recherche et le monde académique sont des univers de solidarité : le programme PAUSE, dont on entend beaucoup moins parler que de MOPGA accueille des chercheurs et chercheuses en exil, qui fuient l’oppression dans leurs pays d’origine. On parle également très peu du procès qui se tient actuellement contre des universitaires turques, accusés par l’Etat de trahison.

PS2 : Je précise, pour m’éviter certains procès, que le constat — ou l’opinion—  exprimée ici ne remet nullement en cause la qualité du travail qui pourra être effectué par les scientifiques recrutés via le programme MOPGA, ni l’aspect potentiellement bénéfique de leur présence sur le territoire.

PS3 : Désolé pour les typos.

PS4 : Inutile de me contacter, je ne répondrai plus aux questions concernant MOPGA (tout est dit ici).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s